Chronique n°19 : Cigarettes After Sex – Cigarettes After Sex (Partisan Records, 2017)

Sex, nicotine & rock ‘n’ roll

Originaire d’El Paso, au Texas, le groupe formé en 2008 par Greg Gonzalez aura attendu presque 10 ans avant de sortir son premier album, éponyme diront certains, homonyme corrigeront d’autres : Cigarettes After Sex.

Précédé néanmoins d’un EP il y a de ça quelques années, à savoir le très sobrement nommé I. (Spanish Prayers, 2012), ainsi que d’une série de singles entre temps, cette véritable entrée en matière ne vient que confirmer les aptitudes délicates et mélodiques d’une formation qu’il va falloir suivre de près, assurément.

Car avec Gonzalez au chant et à la guitare, accompagné par Phillip Tubbs au piano et à la guitare, Randy Miller à la basse et Jacob Tomsky à la batterie, le quatuor texan nous délivre une dream pop douce et épurée, faisant résonner au loin les microsillons d’un Drugstore, Cocteau Twins, Mazzy Stars ou encore d’un Beach House.

Du premier au dernier titre, les américains révèlent au grand public l’étendue de leur palette colorée, aérienne et langoureuse, qui n’aura alors de cesse de venir teindre chacune des composantes de l’album, de K à Young & Dumb.

Ne vous y trompez pas, la partie chant est bien assurée par Gonzales, qui de sa voix mélancolique et enchanteresse fait planer cette mystérieuse et séduisante androgynie sur l’ensemble. Les guitares sont câlines, lointaines parfois ou témoignent au contraire d’une certaine proximité des plus chaleureuses, tandis que les frappes velvetiennes de la batterie marquent avec poésie l’ivresse, tout en invitant à la danse, à chaque nouvelle chanson, à chaque nouvel éclat.

Each Time You Fall In Love, Sunsetz, Apocalypse, John Wayne,: en réalité, les dix ballades du disque sont autant de moments savoureux, ces genres de moments que l’on aime faire durer, que l’on voudrait pleurer et adorer à la fois et que l’on ne saurait que taire et ressentir au fond de soi.

Publicités

1 réflexion sur « Chronique n°19 : Cigarettes After Sex – Cigarettes After Sex (Partisan Records, 2017) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s