Les chroniques en bref #1 : Seabuckthorn, November Polaroïd et Hotel

Parfois quelques mots valent mieux qu’un long discours : ci-après, une brève évocation de nos dernières découvertes musicales… 

Au programme cette semaine : Seabuckthorn, November Polaroïd et Hotel

 

a0536426893_10.jpg

SEABUCKTHORN – A House With Too Much Fire (2018)

Habile et passionné, Andy Cartwright effeuille une partition quasi-hantée, nourrie d’éthers vaudouesques et psychédéliques, pour le plus grand plaisir de toute oreille un tant soit peu curieuse. Triturant ses guitares au gré de ses envies, quitte à dépasser leurs usages organologiques coutumiers, c’est les yeux fermés qu’il nous invite à déguster l’émerveillement sensoriel des grandes plaines de son imagination fertile. Comme un écho avec l’immense soundtrack de Dead Man (Jim Jarmusch, 1995) signée Neil Young…  

Pour découvrir et écouter l’album, c’est par ici

 

NOVEMBER POLAROID – 6 a.m (2018)

Six heures du matin. L’heure que les deux lilloises ont choisie pour nous inonder de leurs délicates nappes dream pop au doux parfum d’aube. Oniriques et solaires à souhait, les 5 titres de cet EP caressent, séduisent et réconfortent, autant que la brise légèrement fraîche d’une belle journée d’été. Inutile de compter les (sans doute) innombrables influences de ce joli duo, tant ses multiples résonances semblent se suffire à elles-mêmes. A la recherche de calme et de splendeur insoupçonnée, vous serez conquis.es.

Pour découvrir et écouter l’album, c’est par ici

 

Hotel

HOTEL – Room 102 (2018)

Résolument modernes, ces deux musiciens aux accents pop anglo-saxonne et sonorités cold wave bien françaises, nous gratifient d’un EP au bel équilibre entre deux jolis timbres de voix anti-virtuoses, des riffs crasseux et une pulsation électronique quasi-robotique. Au cœur de la tradition rétro portée par la nouvelle scène francophone de ces dernières années, le duo porte fièrement les couleurs d’un souffle esthétique en plein renouveau et vous expose ses échos amoureux, version 2018. Digitaux, donc. 

Pour découvrir et écouter l’album, c’est par ici

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s