Instant(s) musique #7 : La playlist de Maur Cyriès

Pour quelques jours, le musicien et sa troupe sont en résidence à La Biscuiterie ! Juste le temps de travailler leurs compositions suaves et exotiques, en vue d’une restitution publique ce jeudi, à ne certainement pas louper…  Continuer à lire … « Instant(s) musique #7 : La playlist de Maur Cyriès »

Publicités

Action culturelle #5 : Voyage à travers un siècle de musique

Voyage à travers un siècle de musique

Ces dernières semaines, l’équipe de La Biscuiterie s’est rendue dans plusieurs établissements scolaires du sud de l’Aisne, alors mobilisés dans la création d’un spectacle pluridisciplinaire intitulé « Frères d’armes », célébrant la paix et l’amitié France-Amérique, à l’occasion du centenaire de la première guerre mondiale. Continuer à lire … « Action culturelle #5 : Voyage à travers un siècle de musique »

[Hé magazine – juin 2018] : Inoubliables (presque) oubliées / Episode 5 : Mamie Smith : Oh mamy, oh mamy mamy blue(s) (1883-1946)

Au cours des prochains mois, La Biscuiterie vous propose de revenir sur les grandes figures féminines oubliées de l’histoire de la musique, afin de leur rendre, à son humble niveau, l’éclat de leur notoriété passée…

Episode 5 : Mamie Smith : Oh mamy, oh mamy mamy blue(s) (1883-1946)

Véritable légende, pourtant trop vite oubliée, de la musique blues, Mamie Robinson reste encore aujourd’hui l’un des piliers fondateurs d’une culture singulière et originellement communautaire, presque exclusivement masculine. En tout cas en ce qui concerne ses représentations. Sous le pseudonyme de Mamie Smith, la jeune femme a su graver son nom sur l’écorce rugueuse de l’histoire de la musique et notamment du rock’n’roll, en s’illustrant dans l’un de ses affluents artistiques les plus importants.   Continuer à lire … « [Hé magazine – juin 2018] : Inoubliables (presque) oubliées / Episode 5 : Mamie Smith : Oh mamy, oh mamy mamy blue(s) (1883-1946) »

Instant(s) musique #6 : La playlist de Betraying The Martyrs

C’est un événement ! Le groupe Betraying The Martyrs, l’un des plus gros représentants de la musique metal en hexagone, sera à La Biscuiterie, le vendredi 15 juin prochain ! 

Comme c’est la tradition désormais, Aaron Matts et sa bande nous ont préparé une jolie playlist, bien pêchue comme il faut, histoire de se mettre en jambe avant leur concert castel. Come on, bang your head !   Continuer à lire … « Instant(s) musique #6 : La playlist de Betraying The Martyrs »

Instant(s) musique #5 : La playlist de Pleasure

Le mois dernier, La Biscuiterie accueillait les Saint-Quentinois de Pleasure, pour une résidence technique de quelques jours. Nous en avons naturellement profité pour soumettre au quatuor la confection d’une petite playlist désormais coutumière !  Continuer à lire … « Instant(s) musique #5 : La playlist de Pleasure »

Les chroniques en bref #1 : Seabuckthorn, November Polaroïd et Hotel

Parfois quelques mots valent mieux qu’un long discours : ci-après, une brève évocation de nos dernières découvertes musicales… 

Au programme cette semaine : Seabuckthorn, November Polaroïd et Hotel Continuer à lire … « Les chroniques en bref #1 : Seabuckthorn, November Polaroïd et Hotel »

[Hé Magazine – mai] : Inoubliables (presque) oubliées / Episode 4 : Francesca Caccini, prélude d’une histoire du lyrique au féminin (1587-1641)

Au cours des prochains mois, La Biscuiterie vous propose de revenir sur les grandes figures féminines oubliées de l’histoire de la musique, afin de leur rendre, à son humble niveau, l’éclat de leur notoriété passée…

Episode 4 : Francesca Caccini, prélude d’une histoire du lyrique au féminin (1587-1641)

Née à la fin du XVIème siècle d’une mère chanteuse, Lucia di Filippo Gagnolandi et d’un père compositeur florentin de renom, Giulio Caccini (au service de la célébrissime maison des Médicis), la jeune Francesca est immédiatement baignée dans l’art et la musique, qui colorent son quotidien dès sa plus tendre enfance. Continuer à lire … « [Hé Magazine – mai] : Inoubliables (presque) oubliées / Episode 4 : Francesca Caccini, prélude d’une histoire du lyrique au féminin (1587-1641) »