Chronique n°20 : Half Japanese – Heaven Sent (Emperor Jones, 1997)

À moitié japonais, 100% brillant

Pour notre vingtième chronique, revenons sur un album fêtant cette année ses vingt ans : Heaven Sent par Half Japanese, qui paru en marge des circuits de grande distribution et médiatisation traditionnels, a su néanmoins se faire une place de choix parmi la discothèque des amateurs de musique indé.

En réalité, au-delà de la simple chronique, l’anniversaire de cette sortie discographique est également l’occasion d’offrir une tribune plus générale à ce groupe à la singularité constante et coutumière, qui ne saurait être réduit à la brève évocation d’une seule de leurs productions. Continuer à lire … « Chronique n°20 : Half Japanese – Heaven Sent (Emperor Jones, 1997) »

Chronique n°19 : Cigarettes After Sex – Cigarettes After Sex (Partisan Records, 2017)

Sex, nicotine & rock ‘n’ roll

Originaire d’El Paso, au Texas, le groupe formé en 2008 par Greg Gonzalez aura attendu presque 10 ans avant de sortir son premier album, éponyme diront certains, homonyme corrigeront d’autres : Cigarettes After Sex.

Précédé néanmoins d’un EP il y a de ça quelques années, à savoir le très sobrement nommé I. (Spanish Prayers, 2012), ainsi que d’une série de singles entre temps, cette véritable entrée en matière ne vient que confirmer les aptitudes délicates et mélodiques d’une formation qu’il va falloir suivre de près, assurément. Continuer à lire … « Chronique n°19 : Cigarettes After Sex – Cigarettes After Sex (Partisan Records, 2017) »

Interview : Pumpkin & Vin’s Da Cuero, « Chopin, c’est super ! »

Pumpkin & Vin’s Da Cuero, respectivement Cécile Unia et Vincent Lepage, sont ce que l’on peut appeler de véritables partners in crime, à la ville comme à la scène. L’une est rappeuse, l’autre est beatmaker. Réunis, l’alchimie est parfaite, le beat est coriace et le verbe piquant. Partis depuis longtemps à l’assaut de la scène hip-hop française, les deux artistes sont bien résolus à renverser les stéréotypes ravageurs rattachés à ce genre plus complexe qu’il n’y paraît.

Entre concerts à travers la France et animation d’ateliers rap auprès des publics, la complicité de ces deux artistes n’a de cesse de porter les valeurs d’un rap qui leur sont chères. Accueillis pour la deuxième fois à La Biscuiterie au début du mois, ils ont accepté de répondre à quelques questions…
Continuer à lire … « Interview : Pumpkin & Vin’s Da Cuero, « Chopin, c’est super ! » »

Chronique n°18 : Juliette Armanet – Petite Amie (Barclay, 2017)

Pop miraculeuse

A travers la presse, qu’elle soit écrite ou télévisée, profane ou spécialisée, son nom est progressivement devenu omniprésent, voire quasi viral. Véritable phénomène du paysage musical francophone, impossible en effet de passer aujourd’hui à côté de Juliette Armanet, tant la jeune chanteuse n’a de cesse de faire parler d’elle et de son univers pastel et onirique, aux charmes étourdissants de simplicité et de maturité.

Avec « Petite Amie », l’auteure-compositrice-interprète lilloise présente son tout premier album, dans lequel elle se dévoile, avec humilité, à un public d’initiés en constante expansion. Continuer à lire … « Chronique n°18 : Juliette Armanet – Petite Amie (Barclay, 2017) »

Chronique n°17 : Eef Barzelay – Fan Chosen Covers (Autoproduction, 2011-2017)

Pour une poignée de dollars…

Cette semaine, ce n’est pas un, ni deux, mais bel et bien cinq albums distincts qui seront mis à l’honneur : atypique et certes quelque peu confidentielle, la série Fan Chosen Covers signée Eef Barzelay n’a pourtant définitivement pas fini de surprendre et de séduire les amateurs ou les curieux, au détour de ses différents volumes, tous plus charmants, riches et ambitieux les uns que les autres (Fan Chosen Covers, 2011 ; Fan Chosen Covers 2, 2013 ; Fan Chosen Covers 3, 2014 ; Fan Chosen Covers 4, 2015 et enfin Fan Chosen Covers (Songs We Hate), 2017).   Continuer à lire … « Chronique n°17 : Eef Barzelay – Fan Chosen Covers (Autoproduction, 2011-2017) »

Interview : Theo Lawrence & The Hearts, itinéraire de cinq « fortunate sons »

Après avoir fait ses gammes chez les Velvet Veins, formation parisienne de rock’n’roll à la sauce blues et psychédélique toute aussi prometteuse qu’éphémère, Theo Lawrence semble avoir trouvé dans la formule de son nouveau groupe la tribune idéale à ses rêves d’Amérique.

Accompagné de ses quatre complices, Olivier Viscat (basse), Louis-Marin Renaud (guitare), Thibault L. Rooster (batterie) et Nevil Bernard (orgue), le jeune homme de tout juste 21 ans nous offre la synthèse méticuleuse d’un rock aux accents soul et country, où résonnent les timbres trempés et éraillés des grandes voix de la tradition américaine. Continuer à lire … « Interview : Theo Lawrence & The Hearts, itinéraire de cinq « fortunate sons » »